Je me connecte




Mot de passe oublié ?

Bébé mélomane...

Bébé mélomane

Messieurs ! Saviez-vous que la musicothérapie pouvait être utilisée pendant la grossesse, notamment pour atténuer le stress et les douleurs ? Et imaginiez-vous que votre bébé commençait à “tendre l’oreille” dès le 6ème mois dans le ventre de sa maman ? Explications...

La musicothérapie : quelques notes de bien-être...

La musicothérapie utilise les sons et les rythmes comme outil thérapeutique. Elle facilite la communication, favorise l’expression des émotions et peut agir aussi sur certains symptômes physiques.


Elle ne saurait guérir à elle seule, mais elle intervient généralement en complément à d’autres traitements, dans le cadre d’une prise en charge globale.


Deux méthodes existent : une première dite “réceptive”, qui consiste à écouter un programme musical adapté aux objectifs thérapeutiques, et une seconde dite “active”, qui est basée sur la production de sons spécifiques (voix ou instruments divers) en fonction de l’effet recherché.


A ses débuts, la musicothérapie concernait principalement la psychiatrie, mais ses champs d’application se sont considérablement élargis : handicaps moteurs, déficits neurologiques, maladies chroniques, soins palliatifs, etc... Son action sur le stress, l’anxiété, les problèmes émotionnels et la douleur expliquent son intérêt au cours de la grossesse.


Il n’existe pas en France de statut spécifique et de reconnaissance officielle du métier de musicothérapeute, contrairement à de nombreux pays (Suède, Allemagne, Angleterre, Canada, etc…).


Cependant quelques universités (Paris, Bordeaux, Montpellier…) délivrent un diplôme de musicothérapie, dispensé en trois ans, ouvert notamment aux médecins, psychologues et professionnels du secteur socio-éducatif.


C’est ainsi que cette technique est de plus en plus utilisée par les instituts médicoéducatifs, les centres de rééducation et certains services hospitaliers, au premier rang desquels les maternités.

Le foetus ne fait pas la sourde oreille !

Jusqu'au XIXème siècle, les scientifiques pensaient que le bébé naissait sourd et aveugle ! Il est désormais établi que l'oreille interne est totalement développée dès le milieu de la grossesse et que le foetus commence à entendre vers le 6ème mois.


Une étude, publiée en 2013 par des chercheurs finlandais, a montré que l’apprentissage auditif du foetus serait possible dès la 27ème semaine de grossesse.


Les premiers rythmes auxquels le bébé se sensibilise sont les battements du coeur de sa maman et le flux sanguin dans le cordon ombilical !


Au cours des trois derniers mois de la grossesse, il capte aussi les bruits extérieurs et y répond par des mouvements : les musiques douces l’apaisent et les sonorités agressives le font sursauter.


Certaines réactions du bébé après sa naissance seraient sans doute le reflet des sensations vécues dans le ventre de sa maman...

La préparation à la naissance : la clef de la réussite…

Outre les informations et autres apprentissages, les séances de préparation à la naissance permettent à la future maman d’acquérir des techniques qui l’aideront à maîtriser la douleur, le stress et la fatigue lors de l’accouchement.


Ces séances concernent aussi le futur papa ! Elles vous permettent de vivre la grossesse, préparer l’accouchement et accueillir le bébé dans les meilleures conditions en élaborant un projet de naissance : nous vous conseillons d’y participer activement !


De nombreuses méthodes, plus ou moins éprouvées, existent : généralement basées sur le contrôle de la respiration, elles sont aussi utiles en complément à la péridurale ou à d’autres techniques antalgiques.


Parmi les différentes possibilités offertes à la femme enceinte pour se préparer au jour J, figure le chant prénatal. Le travail sur le souffle permet d’augmenter la capacité respiratoire et l’oxygénation, ce qui se révèle très utile lors de l’accouchement. Par ailleurs, la production de sons graves abaisse le seuil de la douleur.


En dehors des séances de préparation, vivre la grossesse “en musique” ne peut être que bénéfique : notamment pour stimuler les perceptions auditives du bébé, calmer la future maman, instaurer une atmosphère de bien-être, établir une communication privilégiée et renforcer les liens affectifs.


Et pendant 9 mois papa ne doit pas rester muet, bien au contraire ! En posant vos mains sur le ventre de votre compagne, parlez régulièrement à votre bébé. Ceci est la base de l’haptonomie (méthode de préparation à la naissance) : vous tissez ainsi des liens et votre enfant reconnaîtra mieux votre voix ultérieurement.


Pendant l’accouchement, certains spécialistes préconisent la diffusion d’une playlist personnalisée pour accompagner les différentes étapes de l’arrivée du bébé.

Votre compagne est une artiste professionnelle ? Prudence !

Elle ne doit pas bien sûr ranger son archet pendant 9 mois et priver bébé de son talent ! Mais il est désormais prouvé qu’une exposition prolongée à un bruit de forte intensité a tendance à augmenter le stress, la fatigue et la tension artérielle, avec des effets délétères sur le bon déroulement de la grossesse et le développement du foetus. Par ailleurs, des niveaux sonores supérieurs à 85 décibels, particulièrement les basses fréquences, peuvent avoir un effet nuisible sur l'audition de l'enfant et entraîner ultérieurement des difficultés d'apprentissage.


Certes, les femmes qui travaillent dans l’industrie sont les plus exposées aux effets nocifs du bruit, mais certaines professions artistiques peuvent aussi en subir les conséquences. La future maman ne doit pas hésiter à en parler avec son médecin !

Bébé est là : gardez le rythme !

Dès les premiers jours, n’hésitez pas à diffuser les musiques ou les chansons que votre bébé a entendu quand il était dans le ventre de sa maman. Ces sonorités connues contribueront à le sécuriser et à le calmer, notamment lors de la réalisation des soins néonatals.


Ceci est particulièrement recommandé pour les enfants prématurés. Il est en effet établi que le séjour en réanimation néonatale est source de stress, notamment sur le plan auditif (va-et-vient de l’équipe médicale, bruit des appareillages, etc…).


La voix de sa maman est le meilleur instrument : à utiliser sans modération !


Collé contre sa poitrine, même s’il ne comprend pas les mots, votre bébé sent les nuances de ces vibrations emplies d’amour. Dans une étude récente, après avoir posé des électrodes sur le crâne de nourrissons et observé leurs réactions, des chercheurs canadiens ont démontré le caractère unique de la voix maternelle.


Les mois et les années passent, bébé grandit : ne coupez pas le son !


A tous les âges, quels que soient ses éventuelles physiques ou psychiques, la musique l’aidera dans son développement. Les bénéfices vont bien au-delà du seul apprentissage de tel ou tel instrument. La musique aidera l’enfant dans ses acquisitions motrices, sensorielles, cognitives et psychoaffectives. Et il ne s’agit pas, bien sûr, de vouloir en faire un virtuose à tout prix !

Moyen d’expression, de communication et d’épanouissement, la musique apporte de la sérénité à la femme enceinte et participe au développement sensoriel du foetus. Quand votre bébé commencera à parler, peut-être fredonnera-t-il "Une chanson douce que me chantait ma maman..." ? A condition toutefois de n’écouter la techno qu’à doses homéopathiques !


Dr Alain Batarec (Médecin Généraliste)


Sources : www.medecine-des-arts.com - www.musicotherapie-federationfrancaise.com - www.musicotherapie-afm.com - www.musictherapyworld.net

Mise à jour le Samedi, 05 Juillet 2014 09:05