Baignades : redoublez de prudence !

Baignades redoublez de prudence

La noyade est la première cause de mortalité par accident chez les enfants de moins de 4 ans, sans compter tous ceux qui peuvent garder des séquelles majeures. A l’heure des vacances, une vigilance de tous les instants s’impose…

En France, plus de 1200 noyades chaque année !

L’Institut de Veille Sanitaire (InVS) réalise régulièrement une enquête sur les noyades, en collaboration avec la Direction générale de la sécurité civile et de la gestion des crises du Ministère de l’Intérieur.
L’objectif est de recueillir et d’analyser les noyades survenues en France métropolitaine et dans les DOM-TOM, afin d’améliorer les actions de prévention et faire évoluer la réglementation.


En 2012, l’enquête de l’InVS a recensé 1 238 noyades accidentelles, dont 497 (40 %) ayant entraîné un décès.


Parmi ces noyades, 14% concernaient les enfants de moins de 6 ans (170 noyades, dont 28 décès) et 43% les adultes de plus de 45 ans (534 noyades, dont 270 décès).


La majorité des noyades sont survenues en mer (642, dont 214 décès).


159 noyades ont eu lieu dans une piscine privée (51 décès), 52 dans une piscine publique (8 décès), 214 dans un cours d’eau (139 décès), 121 dans un plan d’eau (60 décès) et 50 en d’autres lieux (25 décès).


En piscine privée, les enfants de moins de 6 ans se sont noyés surtout à cause d’un manque de surveillance d’un adulte et de leur inaptitude à nager.


Dans les rivières ou les plans d’eau, les noyades sont survenues le plus souvent après une chute, lors d’activités solitaires, ou après la consommation d’alcool.


En mer, les noyés étaient majoritairement des personnes résidant dans le département de noyade, âgées de plus de 45 ans ou ayant un problème de santé.

Mer, lac, rivière ou piscine : ne quittez jamais bébé des yeux !

20 centimètres d’eau et quelques secondes d’inattention suffisent pour que votre enfant se noie : au delà de 3 minutes le pronostic vital est engagé !


Ne laissez jamais votre enfant sans surveillance sur la plage ou au bord d’une piscine : désignez une seule personne responsable de leur surveillance !


Les systèmes de sécurité obligatoires pour les piscines limitent les risques, mais ne remplacent pas la vigilance des adultes !


Pensez aux brassards ou gilets gonflables, aux normes CE, adaptés à la taille et à l’âge de l’enfant !


Mais attention ! Les matelas, bateaux pneumatiques ou autres bouées-sièges ne protègent pas de la noyade et sont même dangereux.


En mer, les enfants doivent toujours avoir pied, et accompagnez les plus petits lors des baignades (courtes pour éviter qu’ils ne se refroidissent !).


Dès que possible, les leçons de natation sont vivement conseillées !


Apprenez aussi aux plus grands à entrer progressivement dans l’eau, en se mouillant le cou, les bras et le torse. Ceci permet au corps de s’adapter à la température de l’eau et d’éviter une hydrocution (malaise avec risque de noyade).


A la plage, choisissez les zones surveillées : en cas de problème les équipes de secours interviendront immédiatement.
Et respectez les consignes de sécurité signalées par les drapeaux de baignade : le vert signifie que la baignade est surveillée et qu’il n’y a pas de danger particulier, l’orange que la baignade est dangereuse mais surveillée et le rouge interdit d’aller dans l’eau.


Enfin n’oubliez pas ! Lors de la toilette, ne laissez jamais bébé sans surveillance : quelques minutes d’inattention suffisent pour qu’il inhale de l’eau et se noie dans la baignoire !

Que faire en cas de noyade d’un enfant ?

Sortez l’enfant de l’eau, si vous êtes sur une plage surveillée, prévenez les secouristes, sinon appelez immédiatement le 15 (ou le 18, ou le 112) et suivez les consignes du médecin régulateur !


Un enfant réanimé correctement et rapidement a 5 fois plus de chances de se sortir indemne d’une noyade !


Si l'enfant ne respire plus :
Couchez-le sur le ventre, la tête sur le côté.
Appuyez plusieurs fois sur son thorax pour évacuer l'eau de l’estomac et des poumons.
Installez-le ensuite sur le dos.
Commencez le bouche-à-bouche, en pinçant le nez à chaque insufflation.
Si le cœur ne bat plus, pratiquez un massage cardiaque (15 compressions sur le sternum, alternées avec 2 insufflations en bouche-à-bouche, à répéter jusqu’à l’arrivée des secours).
Mais ces gestes de réanimation cardio-respiratoire ne s’improvisent pas : nous ne pouvons que vous conseiller de suivre une formation auprès de professionnels agréés (Croix-Rouge, Protection Civile, Pompiers).


Si l'enfant respire :
Couchez-le sur le côté en position latérale de sécurité (PLS).
Essuyez-le bien et couvrez-le pour le réchauffer.
Même si son état paraît satisfaisant, il devra être hospitalisé au moins 24 heures pour faire un bilan et le surveiller. 

Si vous souhaitez profiter de vos vacances familiales en toute sérénité, respectez les consignes de sécurité ! Mer, piscine, ou même… baignoire : placez bébé sous haute surveillance !


Dr Alain Batarec (Médecin Généraliste)


Sources : www.invs.sante.fr - www.inpes.sante.fr - www.croix-rouge.fr - www.urgence-pratique.com

Mise à jour le Vendredi, 29 Août 2014 07:31